Europe Agenda 2010
Vous êtes ici : Sommaire > Faire baisser le chômage, enfin...

Navigation


Recherche (Spip) sur le site
Recherche (Google)
sur le site sur le Web
Mots-clefs, articles associés

Autres groupes de mots-clés











"La croissance ou le chaos" de Christian Blanc.

Le CPE, une mesurette ! Il faut un contrat de travail unique simple et indéterminé...

[ Sur le site de Roland Marzuoli ]
lundi 27 mars 2006.
 
Auteur(s) et leurs articles

Retrouver le chemin de la croissance économique est un impératif pour résorber le chômage et pouvoir financer la solidarité et la cohésion sociale.

Economie et social ne sont pas opposés, ils sont au contraire complémentaires.

Une économie qui plonge, c’est moins d’argent pour financer plus de besoins, c’est l’anxiété généralisée, la douleur d’échouer collectivement, la violence, le chaos.

La croissance, c’est plus d’argent pour moins de besoins, c’est l’enthousiasme, l’ascenseur social, la confiance dans l’avenir, la fierté de vivre ensemble.

Comment faire pour renouer avec la croissance ?

C’est facile : en adoptant les bonnes pratiques de nos voisins qui ont réussi (en particulier Europe du Nord), en s’adaptant au monde moderne et à son économie mondialisée.

Si nous étions les premiers à nous poser cette question, si nous étions en face d’un problème nouveau et non encore résolu, les débats et hésitations seraient légitimes.

Mais là ce n’est pas compliqué : nous sommes presque les derniers de la classe sur tous les indicateurs (chômage, intégration des minorités, croissance, dette, proportion de jeunes sortant du système éducatif sans diplômes, proportion de jeunes diplômés de l’enseignement supérieur, nombre de brevets, ...), et autour de nous il y a des recettes simples qui ont marché, donc pas d’états d’âme à avoir !

Ces bonnes pratiques qui ont fait leurs preuves sont détaillées dans le livre de Christian Blanc « La Croissance ou le Chaos » : il se lit en 2 heures, et on en sort rassurés par l’existence d’une vision claire et d’un projet réaliste ...


Ci-dessous, en guise de « Teaser », une tribune (de Christian Blanc) parue dans les Echos de ce jour :

Face à l’enjeu, le CPE n’est qu’une mesurette, très mal amenée, et qui ne va pas être le principal moteur d’une croissance.

Sur le fond, il va plutôt dans la bonne direction, à savoir une flexibilité accrue du marché du travail, propice à faire baisser le chômage en baissant les freins à l’embauche, sans générer de misère pendant les phases de transition entre 2 contrats lorsque ces phases sont bien accompagnées socialement (indemnités) et méthodologiquement (aide dynamique au retour à l’emploi) - voir nos voisins d’Europe du Nord.

Mais pourquoi, à côté d’un CDI si cher et difficile à rompre pour les entreprises, passer d’un extrême à l’autre avec le CPE ?

Il faut un contrat de travail unique simple et indéterminé, donnant plus de souplesse de résiliation à l’employeur que le CDI actuel, plus de protection à l’employé que le CPE, et appliqué à 100% de la population active, fonctionnaires y compris.

Et, comme on n’entraîne bien les autres que par l’exemple, les membres du gouvernement, des cabinets ministériels, les députés ... devraient tous démissionner en bloc de leur statut de hauts fonctionnaires (le plus protecteur du monde ou presque) pour montrer leur courage et leur confiance dans un monde du travail plus flexible !


Répondre à cet article

Forum