Europe Agenda 2010
Vous êtes ici : Sommaire > Faire baisser le chômage, enfin...

Navigation


Recherche (Spip) sur le site
Recherche (Google)
sur le site sur le Web
Mots-clefs, articles associés

Autres groupes de mots-clés











A partir d’un paragraphe du livre de J. Marseille

Combien de chômeurs en France ? "Les bons chiffres pour ne pas voter nul en 2007"

[ ]
dimanche 15 avril 2007.
 
Auteur(s) et leurs articles

Jacques Marseille dans son dernier livre (paragraphe "Combien de chômeurs en France ?", pages 34 et 35) fait une remarque très pertinente au sujet du nombre de chômeurs en France, comparé aux autres pays.

La définition du taux de chômage selon le Bureau International du Travail est la même pour tous les pays, mais les réalités des situations sont très différentes.

Par exemple le taux en France est de 8.8% (au moment pris en compte par l’auteur), comparé au taux en Grande Bretagne (5.5%), ce qui ne semble pas être si différent. Voire...

Le taux de chômage est une fraction = numérateur / dénominateur.

Au numérateur : les personnes sans emploi, n’ayant pas travaillé durant la semaine précédente, se déclarant disponibles pour travailler et pouvant attester de recherches effectives d’emploi.

Au dénominateur : la population active occupée, regroupant la population active ayant un emploi et ... les chômeurs (ceci pour obtenir un taux entre 0 et 100%).

Par exemple la France est un des pays, voire le pays, dans lequel le pourcentage de personnes à statut protégé est le plus fort.

Evaluons désormais le taux : chômeurs / population pouvant être au chômage et soumis à un risque de perdre son emploi.

"Si l’on soustrait logiquement de la population occupée les chômeurs, les militaires, les employeurs et les professions libérales (pouvant faire faillite mais non être au chômage), et tous les emplois salariés qui ne sont soumis à aucun risque de perte d’emploi - les effectifs des agents de l’Etat et des établissements publics nationaux (SNCF, RATP, Banque de France, etc.), les effectifs de la fonction publique territoriale et hospitalière, on arrive à 15 millions d’emplois salariés réellement soummis au risque du chômage. Et encore, en comptant large, car ce chiffre inclut les employés des banques et groupes d’assurances mutualistes, pour lesquels le risque de perdre leur emploi est pratiquement nul".

Par ailleurs il faudrait ajouter aux 2 310 000 chômeurs au sens du BIT à la fin 2005, une partie des bénéficiaires du RMI (environ 700 000) qui sont retirés des statistiques du chômage, dans la mesure où, en fin de droits, ils sont supposés être en recherche d’insertion par le travail.

"Au total on arrive à un taux effectif de 20%, 3 millions sur 15 millions."

La comparaison avec la Grande Bretagne est éloquente ; le nombre d’emplois protégés est de l’ordre de 15% de la population active, soit 4.5 millions sur 28.5 millions au total. Le nombre de chômeurs (BIT) est de 5.4%, soit 1.51 millions. Le taux cherché devient donc : 1.51 / 24 = 6.3%

Ratio britannique 3 fois inférieur à celui du ratio français !, alors que le taux officiel français (8.8%, BIT) n’est que 1.6 fois plus fort que le taux britannique (5.4%).

On comprend mieux l’anxiété constatée en France...


Répondre à cet article

Forum