Europe Agenda 2010
Vous êtes ici : Sommaire > Le Traité de Lisbonne

Navigation


Recherche (Spip) sur le site
Recherche (Google)
sur le site sur le Web
Mots-clefs, articles associés

Autres groupes de mots-clés











Le Traité modficatif (devenant le Traité de Lisbonne) est en bonne voie.

Le Traité de Lisbonne, pour tourner enfin la page !

[ ]
lundi 22 octobre 2007.
 
Auteur(s) et leurs articles

Accepté par les 27, en prolongement de l’accord de juin 2007, le Traité de Lisbonne permettra de relancer l’Europe, en panne depuis 2 ans, suite aux Non français et néerlandais des 29 et 31 mai 2005.

Heureusement l’essentiel du texte du Traité Constitutionnel, approuvé par 18 des 27 pays (soit les 2/3, peuplés également de 66% de la population totale de l’Union) est sauvé.

Par exemple, pour les aspects très visibles :
-  une présidence stable à la présidence du Conseil Européen, pour 2,5 ans, mandat renouvelable une fois
-  un haut représentant des affaires étrangères, pour disposer d’une diplomatie cohérente à 27
-  un système de vote remplaçant la pondération des voix (traité de Nice), avec l’instauration du système dit "à double majorité" : 55% des Etas membres, représentant 65% de la population des pays de l’Union

Selon des observateurs, cela représente 98% du texte, les 2% restant étant dans le registre symbolique (et important) :
-  le terme "Constitution" notamment, qui faisait tant peur aux Nonistes français, craignant "graver dans le marbre" des politiques économiques qui pourtant faisaient l’objet d’accord constant depuis 1957...
-  la partie III du Traité Constitutionnel était redoutée, alors qu’elle ne faisait que reprendre les traités déjà signés...

Comme par hasard d’ailleurs, on n’entend plus parler du fameux "Plan B", et Laurent Fabius se fait désormais très discret. Fabius qui a tant fait de mal à la dynamique européenne, par simple calcul politicien et personnel, calcul tellement gros qu’il ne lui a pas plus réussi à l’élection présidentielle.

Revenons au contexte européen, qui a malheureusement tant pâti de ces écarts nationaux, de ces replis si frileux, et pas seulement en France.

Un des paradoxes est que l’accord signé en juin 2007 avait fait l’objet d’une résistance extrêmement forte de la part des deux frères jumeaux polonais, et que l’accord a été confirmé la veille de l’élection législative anticipée en Pologne... qui a vu la défaite de leur parti (29%, face aux 44% obtenus par les libéraux) ! Libéraux beaucoup plus favorables à la construction européenne, sur une base bien plus ouverte et dynamique !

Cette nouvelle ouverture en Pologne permettra très probablement d’obtenir beaucoup plus souvent des décisions à l’échelon européen, bien nécessaires dans un monde ouvert, en changement rapide et même accéléré.

Elle permettra même peut-être de ne pas attendre 2014 pour mettre en oeuvre le fameux vote selon le système "à double majorité", échéance demandée avec insistance par deux jumeaux polonais.

D’ailleurs le premier geste du chef du Parti libéral a été de proclamer l’adhésion de la Pologne à la Charte des droits fondamentaux, à laquelle le traité modificatif devait conférer une valeur contraignante d’un point de vue juridique, exception faite justement de la Pologne et du Royaume uni.

Le Traité de Lisbonne ajoute également des éléments qui n’avaient pas été prévus dans le Traité Constitutionnel Européen :
-  une clause de solidarité énergétique, introduite pour renforcer la sécurité énergétique de l’Union
-  la lutte contre le réchauffement climatique, mentionnée explicitement.

Car nous avons plus que jamais besoin d’une Europe réactive, et même pro-active, pour anticiper les nécessaires mutations, face aux nombreux défis, si délicats à relever !

Souhaitons bonne chance à cette Europe, dont les Européens attendent tant, à juste titre, et qui est également attendue dans le monde !

La ratification se fera essentiellement par les Parlements : seule l’Irlande procèdera par référendum (qui n’avait pas encore été organisé pour le TCE).

Pour relancer une dynamique qui a tant fait défaut à l’Union depuis 2 ans voire plus, nous recommandons cependant vivement de procéder à cette ratification, le même jour en Europe, ou à défaut la même semaine.

Rien de tel pour donner un maximum de retentissement européen à cette ratification !


Répondre à cet article

Forum