Europe Agenda 2010
Vous êtes ici : Sommaire > Exemples (aéronautique et spatial) européens : Airbus, Ariane, Eurocopter, Galileo... > Avions de combat européens : Rafale, Eurofighter, Gripen

Navigation


Recherche (Spip) sur le site
Recherche (Google)
sur le site sur le Web
Mots-clefs, articles associés

Autres groupes de mots-clés











Positionnement des avions de combat européens

Rafale, Eurofighter, Gripen, et leurs concurrents

Complément au 18 août 2012.
[ ]
dimanche 20 novembre 2011.
 
Auteur(s) et leurs articles

Les avions de combat qui ont été développés sont nombreux, en particulier aux Etats-Unis, et il est un peu difficile de s’y retrouver.

Nous proposons ci-après quelques critères, qui permettent de positionner les différents avions, et de constater la position originale de notre avion Rafale :
-  polyvalence ou non (1ère partie de l’article)
-  masses à vide et maximale (2e partie)
-  sécurité (bi-réacteur ou non), prix, et indépendance par rapport aux fournisseurs américains (3e partie).

Multirôle ou versions différentes ?

Cet avion se distingue en premier lieu par sa polyvalence, il est "omni-rôle", et remplacera à terme 7 avions différents, ce qui apportera des économies conséquentes, d’autant que le nombre d’avions passera de 600 à moins de 300.

Mais la notion d’avion multi-rôle est ambiguë ; aussi les explications et le tableau ci-après permettront-ils d’y voir plus clair.

Les rôles possibles sont variés, les deux principaux étant le combat aérien (supériorité aérienne, interception) et l’attaque au sol. Les rôles secondaires comprennent la reconnaissance, le contrôle aérien, la guerre électronique (brouillage).

L’attaque au sol peut être décomposée en sous-rôles : interdiction aérienne, destruction des défenses aériennes ennemies (SEAD en anglais), soutien au sol (CAS).

Un avion est considéré comme multi-rôle s’il est capable d’effectuer au moins deux rôles.

Sauf que le terme a été employé au début pour les Tornado européens (Royaume Uni, Allemagne, Italie), qui existaient bien en 3 versions, mais seule la variante IDS pouvait réaliser plusieurs rôles (interdiction aérienne, attaque au sol, SEAD), la variante ADV étant au contraire un avion d’interception. Le terme multi-rôle n’est donc pas vraiment adapté, et c’est en fait la famille d’avions qui est multi-rôle. C’est pourquoi nous n’emploierons pas ce terme (multi-rôle) dans ce cas, mais nous parlerons de versions différentes.

Un ou deux rôles majeurs ?

Comme les usages principaux des avions consistent en le combat aérien et l’attaque au sol, nous appellerons ces rôles les rôles majeurs. Les autres étant par exemple :
-  reconnaissance
-  guerre électronique
-  bombardement

et l’attaque au sol pouvant être précisée en interdiction de l’espace aérien, SEAD (suppression des défenses adverses) et CAS (soutien).

En plus de ces rôles majeurs, plusieurs autres éléments sont à prendre en compte :
-  y a t il une version navale ?
-  si l’avion est capable de plusieurs rôles, est-il capable d’effectuer plusieurs rôles dans la même sortie ? (capacité appelée swing-rôle)
-  dans ce dernier cas, l’avion peut-il au même instant réaliser deux rôles : combat aérien (pour se défendre en particulier) et attaque au sol (ce qui également utile pour se défendre) ?

En croisant ces différents critères, nous obtenons le tableau suivant. Nous avons placé également des avions anciens, pour faciliter le repérage pour ceux qui se souviennent de ces avions souvent célèbres.

1 rôle majeur2 rôles majeurs2 rôles majeurs
+ v. navale
Avions spécialisésJaguar, Mirage IV,
F-14, F-15
NANA
Familles,
2 versions différentes
F-16 A,B (et ADF)
idem + swing-rôleF-15E Eagle
(et F-15 Strike Eagle)
Familles,
au moins 3 versions
Tornado IDS, ADV (et ECR)
Avions
plusieurs rôles
F-16 C,D
Mig 29 M
Super Etendard, SEM,
Sea Harrier
F/A-18 Hornet
idem + swing-rôleSU-30 MKI
Eurofighter,
F22
GripenF/A-18 Super Hornet
idem + swing-rôle
+au même instant
Mirage 2000-5,
Rafale
Rafale M

Pour nous, la véritable appellation multirôle concerne les avions capables d’effectuer au moins deux rôles majeurs : F16 C,D ; Mig 29 M ; Super Etendard (et modernisés) ; Soukhoï-30 ; Gripen ; F/A-18 Hornet et Super Hornet ; Mirage 2000-5, Rafale.

Et il se trouve que le seul capable de réaliser tous les rôles, y compris au même instant, est le Rafale ! De plus il est aussi disponible en version navale... Dassault Aviation présente donc à juste titre son Rafale comme "le premier véritable avion omni-rôle".

Notons que la version M (marine) ne diffère des versions B et C (biplace et monoplace) que par les contraintes spécifiques à un modèle naval. Tout le reste est identique. Les avions sont simplement ’configurés’ avant le décollage (parmi 5 configurations types), en fonction des armements qu’ils emportent.

Cinq avions très polyvalents

Parmi les plus récents, seuls cinq avions se détachent (sur cette polyvalence), dont deux français : l’américain F/A-18 Super Hornet, le russe Soukhoï-30 MKI, le suédois Gripen, le Mirage 2000-5 et le Rafale.

Les futurs F-35 américain et T-50 russe ne figurent pas dans ce tableau car ils ne sont pas encore sortis ; le F-22 très performant (mais volontairement non vendu à l’export et aussi très coûteux à l’usage) figure dans la même case que l’Eurofighter, car ils sont tous les deux des avions conçus pour le combat aérien ("supériorité aérienne").

Nous n’avons pas placé dans ce tableau un autre critère, essentiel, à savoir la modernité de chaque avion, les plus modernes F-22, F-35 et T-50 sont de la 5ème génération. Le Rafale est considéré comme 4.5 comme l’Eurofighter et bientôt le Gripen NG.

Récapitulatif (1ère partie)

Le tableau suivant résume la répartition, en un nombre moins élevé de cases.

un rôle majeur seulementvrais multi-rôles
(2 rôles majeurs)
Avions spécialisésJaguar
F-14
F-15
NA
Familles (plusieurs variantes)F-16 A,B, ADF
Tornado
Avions (plusieurs rôles)Super Etendard
Sea Harrier
F/A-18 Hornet,
F-16 C,D
Mig 29
Mirage 2000
+ swing-rôleEurofighter
F-15 E
F-22
Mirage 2000-5
F/A-18 Super Hornet
Gripen
SU-30 MKI
F-35 C
Avions omni-roles
(donc swing-rôle)
Rafale

Masses à vide, et maximales (2e partie)

Les appareils européens actuels sont répartis selon ces critères de masse, dans des catégories différentes. Ils sont de toute façon plus légers que les avions américains (F-18, F-15, F-35, ou F-22), à l’exception notable du F-16, et du Tornado, qui va bientôt être retiré du service.

Masses
des avions
à vide :
7 tonnes
8 tonnes9-10 t10-11 t13-14 t20 t
max
14 t
Saab
Gripen
17 tF-16
(Mirage 2000)
21 tEurofighter
23,5 tF-18
24,5 tRafale
27 t(Tornado)
31 tF-15
F-35
38 tF-22

A la lecture du tableau, le Rafale se distingue nettement de tous les autres avions, par un emport significativement important, alors que l’Eurofighter et le Tornado sont particulièrement lourds.

Sécurité (bi-réacteurs), prix,
et indépendance par rapport aux E.U. (3e partie)

Ces masses jouent bien sûr sur les capacités de ces avions, ainsi que sur leurs prix.

Nous avons vu ("Le Rafale un avion "normal" versus l’Eurofighter exceptionnellement coûteux..") que l’Eurofighter se distingue par un prix élevé, du fait de surcoûts des développements et aussi de l’existence de 4 lignes d’assemblage, une dans chacun des pays du consortium (si le coût d’une ligne d’assemblage représente 7 à 8% du coût total de production, l’existence de 4 lignes crée un surcoût de 21 à 24%, soit l’ordre de grandeur de l’écart avec le Rafale, dans l’appel d’offre indien).

De même que leur caractéristique bi-réacteur, qui augmente de façon importante le prix d’achat et de maintenance. A priori un bi-réacteur est plus sûr qu’un mono-réacteur, puisque moins à la merci d’une panne sur un réacteur. Mais il faut noter que l’Eurofighter souffre d’un défaut qui l’expose à une panne du 2e réacteur lorsque le premier s’étouffe.

Quant à l’indépendance par rapport aux Etats-Unis, elle joue notamment par rapport à l’exportation possible ou non : les Gripen suédois utilisent par exemple des réacteurs américains, pour baisser le coût d’achat et de maintenance, mais ils sont à la merci d’un refus américain d’export, par exemple au Brésil où le F-18 américain est également de la partie. L’Eurofighter quant à lui utilise quelques éléments américains, ce qui le distingue (un peu) du Rafale.

Deux tableaux récapitulent ces éléments :

DépendanceIndépendance / E.U.
un seul réacteurGripen
Eurofighter
Sécurité
(deux réacteurs indépendants
Rafale

Ces trois avions européens occupent chacun une case différente, ce qui est a priori un atout de complémentarité, et donc de moins grande compétition intra-européenne.

DépendanceIndépendance / E.U.
Prix élevéEurofighter
Rafale
Prix abordableGripen

Sauf que le prix élevé de l’Eurofighter est un inconvénient très net lorsque le pays ne souhaite pas spécialement un avion de supériorité aérienne.


Répondre à cet article

Forum