Europe Agenda 2010
Vous êtes ici : Sommaire > L’Europe en marche

Navigation


Recherche (Spip) sur le site
Recherche (Google)
sur le site sur le Web
Mots-clefs, articles associés

Autres groupes de mots-clés











Eurobaromètre - vague 63. Le 2 décembre 2005.

Etude TNS-Commission européenne, effectuée dans 30 pays européens

[ Site TNS Sofres / Eurobarometre ]
dimanche 25 décembre 2005.
 
Auteur(s) et leurs articles

La 63e vague de « l’Eurobaromètre - L’opinion publique dans l’Union européenne » a été réalisée dans 30 pays d’Europe par TNS Opinion & Social pour le compte de la Commission européenne, et conduite en France par TNS Sofres, du 14 mai au 8 juin 2005, au moment du référendum sur la Constitution (29 mai).

Cette étude fait le point sur les opinions publiques européennes dans une période de fort débat sur l’Europe et les institutions européennes.

Une image positive de l’Union européenne

En termes d’image, près de la moitié des Français gardent une image positive de l’Union (48%, -5 par rapport à l’automne 2004). 23% d’entre eux seulement en ont une image « assez » ou « très négative ». Un niveau similaire à celui des pays de l’Union européenne (47%, -3).

Plus de la moitié des Français estiment également que l’appartenance de la France à l’UE est « une bonne chose » (51%, -5). De même, 53% d’entre eux considèrent que leur pays « bénéficie de son appartenance à l’Union européenne ».

En revanche, la confiance envers la Commission européenne est en recul (45%, -5 par rapport à l’automne 2004). Un phénomène de défiance que l’on retrouve en moyenne dans l’ensemble des pays de l’Union (46%, -6).

Ce mouvement envers les institutions ne touche pas que l’Europe : la méfiance des Français à l’égard des institutions nationales (assemblées, gouvernement) et des organisations internationales est également en augmentation.

L’opinion publique française toujours inquiète sur les grands sujets nationaux et sur ses relations avec le monde extérieur

Cette méfiance vis-à-vis des institutions est à mettre en relation avec le climat toujours pessimiste qui prévaut dans l’opinion française. 67% des Français pensent que le chômage reste le problème n°1 auquel leur pays est confronté, pour seulement 50% des Européens.

Par ailleurs, 50% des Français estiment que les problèmes d’emploi vont aller en s’aggravant.

Tous ces chiffres reflètent une inquiétude économique et sociale également présente dans l’attitude des Français vis-à-vis du monde extérieur.

61% des Français attribuent au terme « mondialisation » une signification « assez » ou « très négative ». 59% d’entre eux y associent le phénomène de « délocalisation de certaines entreprises vers des pays où la main-d’œuvre est moins chère ». En Europe, cette perception est seulement de 38%, soit un écart de 21 points !

L’approfondissement plutôt que l’élargissement

...

Les Français sont ... 63% à estimer que la priorité de l’UE doit être de « lutter contre le chômage », suivie par la « lutte contre la pauvreté et l’exclusion » (54%). Ces deux attentes ne cessent de se renforcer régulièrement au fil des vagues de l’Eurobaromètre, en France comme dans l’Europe entière.

Ceci explique peut-être pourquoi les Français, s’ils temporisent sur l’élargissement de l’Union européenne (32% y sont favorables, -7 points par rapport à l’automne 2004), ne semblent pas hostiles au principe d’un approfondissement de l’UE.

« L’évolution vers une union politique européenne » reçoit ainsi un soutien majoritaire de 54% de Français (+2).


Répondre à cet article

Forum